Présentation

Présentation

Le projet REPT lutte contre les médicaments falsifiés dans 5 pays pilotes :
- en Afrique de l’Ouest (Ghana, Sénégal),
- en Afrique Centrale (Cameroun),
- en Afrique du Nord (Maroc)
- et au Moyen-Orient (Jordanie).

Il appuie les institutions impliquées dans la lutte contre la production et le trafic des médicaments falsifiés : agences de Santé, services judiciaires, forces de sécurité et autres services de régulation, en leur proposant des activités d’assistance et de formation.

OBJECTIFS

  1. Renforcer les législations : promouvoir ou mettre à jour les législations existantes, en se référant en particulier à la Convention Medicrime, qui fait du trafic de médicaments falsifiés une infraction spécifique
  2. Développer des stratégies: au niveau national pour renforcer la coordination, et au niveau international
  3. Former et renforcer les capacités : dans les domaines du contrôle, de l’inspection, et de l’enquête
  4. Sensibiliser les populations

REALISATIONS

  • Un total de 65 activités organisées depuis le début du projet pour 2 000 bénéficiaires directs dans les cinq pays concernés.
  • 354 douaniers, gendarmes et police formés au Cameroun, au Ghana, en Jordanie, au Maroc, au Sénégal.
  • 98 magistrats formés au total en Jordanie, au Cameroun, au Maroc et au Sénégal.
  • 121 pharmaciens inspecteurs au Cameroun, au Maroc et au Sénégal.
  • Plus de 578 participants à des conférences sous régionales de coopération sur la thématique.
  • Plus de 700 personnes sensibilisées aux dangers des médicaments falsifiés au Sénégal, 2000 collégiens et lycéens au Cameroun et 250 professionnels de santé au Maroc.
  • Une expertise européenne de haut niveau mobilisée : magistrats, enquêteurs spécialisés, pharmaciens de santé publique.

MISE EN OEUVRE

Le Projet REPT est financé par l’Instrument contribuant à la stabilité et à la paix de l’Union européenne, et mis en œuvre par un consortium conduit par CIVIPOL Conseil.

L’équipe du projet se compose de Michel Frebourg, Chef du Projet et Cécile Lagoutte, Administrateur du Projet, remplacée en février 2017 par Alice Comte.